Partagez | 
 

 ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PSEUDO : pudding morphina.
AVATAR : luca h.
DC : winnie.
MESSAGES : 28
CREDITS : © pudding morphina.
ARRIVÉ LE : 08/08/2015
ÂGE : 19 ans.
COTE COEUR : coeur transi depuis un an, célibataire endurcie, jamais vraiment seule.
SANG : pur, mêlé, le mensonge d'une famille entière.
CURSUS/ANNEE : deuxième année de droit.

MessageSujet: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 17:52

Runhild Ljungström
Citation citation citation
01h30 : Ca vient tout juste de commencer. Les cauchemars, les rêves maudits, les visions d’un passé que tu voudrais oublier. 02h45 : Une petite de répit, les visions sont terminées, tes souvenirs finis. Mais le repos n’arrive pas, ne semble pas vouloir être présent pour toi. Tu es exclue, Morphée ne veut pas de toi. 06h00 : Fatiguée, tes yeux se ferment enfin, tu arrives à dormir, quelques minutes, deux heures tout au plus. 07h45 : Tu regardes ta jumelle marcher dans les couloirs, à tes côtés, elle ne te quittera que lorsque tu le décideras. Lorsque vous n’aurez pas le choix. 08h30 : C’est la vingtième fois de la matinée que tes cheveux se retrouvent enroulés autour de tes doigts. 10h45 : C’est la cinquième pique que tu envoies à un camarade de classe qui semble vouloir t’approcher d’un peu trop prêt. 12h00 : Depuis trois heures, toutes les trente minutes, que tu le veuilles ou non, ton regard se pose sur son visage et tu souris. 13h30 : C’est environ la deux-centièmes fois aujourd’hui que tu insultes quelqu’un en Suédois, et la cinquantième fois en langue que tout le monde peut comprendre. 15h00 : Trois goûts différents sur tes lèvres, trois personnes de plus que tu as embrassé en cette belle journée. 18h00 : Le vent souffle dans tes cheveux. L’altitude te fait oublier tous tes soucis. Tu respires l’air frais et tu fonces le plus vite possible sur ton balai. Tu aimes cette sensation de danger constant, de savoir que ta vie ne tient qu’au contrôle d’un balai que tu laisses presque voler tout seul. 20h00 : L’eau t’entours, tu pourrais avoir froid, mais ce n’est pas le cas. Tu es suédoise, le froid n’est pas une notion que tu connais. En position de planche, tu te détends dans l’eau d’un lac paisible. Dangereux, certes. Mais tu aimes le danger. Interdit peut-être, mais les interdictions, tu n’en as pas grand-chose à faire. 22h00 : Le bruit fort te coupe toutes tes pensées. Tu aimes l’ambiance malsaine et alcoolique de la fête. Tu ne pourras pas dormir cette nuit, alors autour la passer à faire quelque chose de plus intéressant. Les lèvres d’un inconnu posées sur ton cou, c’est pourtant son nom qui te revient en mémoire sans arrêt. Si seulement t’arrivais à l’oublier. 00h45 : Il part de ta chambre, cet inconnu. Pauvre jeune homme qui n’a pas été apprécié à sa juste valeur, effacé par la pensée d’un autre.
Et ça recommence…
Nom complet + Runhild, prénom complet que seule ta famille connait. Run, ton prénom, pour le reste du monde. Ljungström, nom de famille de si nombreuses fois écorché sur le palais de tes professeurs qu’ils ont arrêtés de l’utiliser. Tu n’es que Run, la fonceuse, partout, tout le temps, celle qui court. Âge + Dix-neuf ans. Âge déraisonnable. Moment de la vie où l’on a déjà vécu beaucoup, mais pas encore assez pour dire qu’on la connait, la vie. Date et lieu de naissance + Joyeuses fêtes à tous, joyeux noël. Pourtant, ta mère, le 25 Décembre 1995, aux environs de 23 heures, elle criait, et elle mettait au monde une petite fille. Toi. Dans un hôpital moldu suédois. Origines + Pays du froid, pays de la neige et des hivers aux jours de 3 heures. Tu es suédoise, et tu parles d’ailleurs couramment cette langue qui te manque. Sang + Mensonge d’une branche entière. Sangs-purs souillés d’un sang pas si pur que ça. Mère moldu, père sang-pur. Enfants mutants, enfants mêlés. Ancienne école + Ecole au nom inconnu par ceux qui n’y sont jamais allé. Nom barbare suédois. Ecole où les étudiants magiciens se rendent. Cursus et année + Deuxième année en droit. Cursus que tu hais, choisit par tes oncles et tantes, qui ne t’ont pas laissés le choix. Faction + Les élèves de la nuit, les élèves de la fête, les émeraudes. Statut civil + Cœur transi, fille invisible aux yeux de l’homme que t’aimes. Célibataire, jamais seule, fuyant la solitude du corps comme la peste. N’oubliant jamais ses yeux, son visage, son prénom. Orientation sexuelle + Courbes féminines, courbes masculines, du moment qu’il y a des courbes, ça te va.  Que ces courbes appartiennent à un garçon ou à une fille, tu n’as aucune chance de tomber amoureuse de toute façon. Baguette + Bois de bouleau, vingt-huit centimètres, cœur de ventricule de dragon, plutôt souple. Patronus + Un Kaja. Animal commun en Suéde. Connu aussi sous le nom de Choucas des des tours. Epouvantard + Ta jumelle blessée, ton incapacité à la défendre.  Avatar + Luca Hollestelle.

Le moldu derrière l'ordinateur
Pseudo/prénom + PUDDING MORPHINA. Mais mon prénom, c’est Audrey. Âge + 21 ans depuis deux mois. Un mot sur le forum ? Je le déteste, pouah pouah pouah :gasp : JOU DIRGOULEUH JOU L’AIME CE FOURUM ! Personnage + invenrio (genre un mix entre l’inventé et le scénario tavu ?) Un dernier mot ? RUSEM FTW !


Dernière édition par Runhild Ljungström le Mar 11 Aoû - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : pudding morphina.
AVATAR : luca h.
DC : winnie.
MESSAGES : 28
CREDITS : © pudding morphina.
ARRIVÉ LE : 08/08/2015
ÂGE : 19 ans.
COTE COEUR : coeur transi depuis un an, célibataire endurcie, jamais vraiment seule.
SANG : pur, mêlé, le mensonge d'une famille entière.
CURSUS/ANNEE : deuxième année de droit.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 17:53


I'd rather be shattered that hollowed
Tu te tiens debout, devant cette chose qui te fait peur. T’as peur de tes souvenirs, peur de ton passé. Peur de cette chose qu’est ton esprit, de ces choses dont tu te souviens, comme de celles dont tu ne te souviens pas. Tu t’approches, pas lents, envie absente, ressentiments ressentis. Aperçus de tous les miroirs de la salle. Cette pensine est censée t’aider. T’as plus l’impression qu’elle va te t’achever.

MINA FÖRALDRAR (1)
Absents. Un accident qui n’en est pas un. Une perte. Un trou dans le cœur. Un trou dans une famille pourtant dysfonctionnelle. Mais aimante. Et ce trou, cette perte, cet accident, cette absence. Ce manque. Trop jeune pour avoir assez de souvenirs, trop âgée pour ne pas se souvenir d’eux. Fautive, mais pourtant innocente. Un seul vrai fautif. Un accident qui n’en était pas un. Un trou béant. Le noir. Le vide.

« Runhild ? » Tu souris. « Mapa ? » C’est comme ça que tu les appelles. Ça va plus vite que « Maman et papa ». 25 Décembre. C’est pas Noël à la maison. C’est ton anniversaire. De toute façon, Otto et Lotta sont jamais à la maison les 25 Décembre. Ils préfèrent fêter Noël entre eux ces sangsues. Ils pompent à l’arbre de l’argent familial mais ne donnent rien en retour. Ta maman et ton papa s’en plaignent, souvent. Heureusement, ils ont Sören, Liesel et toi. Et ils font avec. Lotta s’assoit sur ton lit, et tu sais déjà que quelque chose cloche, tu le sens. Ce que tu sens pas, c’est l’odeur de ton gâteau préféré, et celui de ta jumelle à côté de toi. Ce que t’entends, c’est les cris de Sören, et les pleures calmes mais perçants de Liesel. Ce que tu vois, c’est Otta, qu’est jamais là, qui vient jamais te souhaiter ton anniversaire, assise sur ton lit, les yeux rouges. Rougis d’habitude par la drogue que ta maman elle disait. Rougis par autre chose cette fois ci. Par quelque chose que tu as l’habitude de voir sur le visage de ta mère quand les gens la traitent de sang de bourbe. De la tristesse, de la peine, de la douleur. Puis tu sens l’odeur forte de gasoil, t’entends les cris striant de Lotta, tu vois les perles d’eaux salées sur ses joues. Et tu comprends. « MAPA ! »

MINA SYSKON (2)
Quatre. Comme les points d’une boussole. Le Sud, le Nord, l’Est et l’Ouest. Sauf que l’Ouest est deux. Rectification. Cinq. Comme les points d’une boussole. Le Sud, le Nord, l’Est et les Ouest. Ils se supportent, sont opposés mais travaillent ensemble. Se disputent, mais se réconcilient. Plus âgée, drame passé. Pas guérie, mais plaie un minimum refermée. Nouvelle vie. Cachée. Pourtant, des rires, des sourires. Heureux.
Drame.

Espèce d’espionnes. C’est pas bien d’écouter aux portes. Surtout lorsque vous comprenez pas l’étendu de ce qui se dit. L’importance. « Lotta. Fait ce que je te dis. » Elle pleure, encore, la sœur absente, devenue plus présente que son rôle ne le voulait. Onze ans qu’elle essaye de la remplacer comme elle peut ta mère. Onze ans qu’elle essaye de vous élever avec Otto, Sören, Liesel et toi. Onze ans qu’elle bosse bien. Onze ans qu’elle accomplit son rôle. Otto lui caresse la joue et lui embrasse doucement le front. « Je dois le faire Lotta. Je dois les protéger. » La chevelure rousse devant les yeux, un soubresaut, elle pleure Lotta. La belle et gentille, douce Lotta. Elle fait plus dans la drogue Lotta. Elle fait dans la sensibilité et la gentillesse, le don et le pardon. « On peut peut-être leur parler. » Espoir dans la voix. Denier espoir. « C’est notre oncle, c’est notre tante. Ils, ils feront pas ça. Ils nous enverront pas à l’abattoir Otto. » Une caresse sur sa crinière de feu, un nouveau baiser sur le front, puis plus rien. Le vide. Transplanage. Sans dire au revoir. Des pleurs derrière la porte. 17 ans les jumelles. Elles s’approchent, et se collent à Lotta. Bras serrés, embrassade d’adieu. Un frère déjà parti. Séparation pourtant non terminées. « Je peux pas le laisser seul. Prenez l’avion, le train, ce qui est le plus rapide, allez chez nos oncles et tantes à la Nouvelle Orléans, ils vous aideront. Et prenez soin de Sören. » Dernières recommandations. Une caresse sur leurs crinières de feu, un baiser sur leurs front, puis plus rien. Le vide. Transplanage. Des pleurs derrière la porte. 16 ans le petit frère. Il s’approche, et se colle aux jumelles. Bras serrés, embrassade de réconfort.

MIN BROR (3)
En être réduit à trois. Deux pleureuses. Puis un comédien, un heureux, un souriant. Il est beau. Elle est belle sa tristesse. Il arriverait presque à la faire passer pour du cynisme. Il est radieux, son bonheur fait presque mal au cœur tant il est forcé. Pourtant, il garde tout pour lui, et personne ne sait qu’il souffre. Il est fort. Tout le monde le pense, tout le monde l’avoue, il est le plus fort. Il ne pleure jamais le comédien.

« Sören, réveilles-toi p’tit gars. » Un sursaut, une claque non voulu, un rire étouffé. Quel con. Tu lui ébouriffes les cheveux et tu lui embrasses le haut de la tête. Il vous a réveillé avec ses cris. Sören, c’est pas un petit garçon calme, non, bien au contraire. Il a plutôt tendance à être toujours en train de courir partout, comme insouciant. Mais de vous trois, qui êtes encore dans cette famille, c’est lui qui semble souffrir le plus au final. Un an de moins que vous, et il fait des cauchemars toutes les nuits, appelant votre père et votre mère à l’aide. « ELLES SE NOIENT » qu’il cri. Et tu le réveilles, avec un baiser sur le front, et il pleure. Et ça te fait mal au cœur. Parce que t’aimes pas qu’il pleure ton Sören. Il te fait rire la journée, et la nuit, il te fait pleurer. C’est un puits à sentiment ton p’tit frère. Faut pas se tromper sur le genre de personne hein. Il est pas extraverti, en vrai, c’est même l’inverse. Personne sait ce qu’il pense ton p’tit frère. A part Lize et toi. Parce qu’il vous parle de ses rêves, et qu’il vous raconte, tous les soirs, le noir, le vide que le départ d’Otto et Lotta a créé chez lui. Il avait cinq ans à la mort des parents. Il a mal, mais ce n’a jamais été insurmontable pour lui. Mais les grands, il supporte pas. Il répète sans cesse qu’il veut pas. Mais il peut rien faire. Vous pouvez rien faire, aucun de vous. Il te brise le cœur. Et lorsqu’il cri, perturbant la nuit noir si calme, tu vas le réveiller doucement, et tu t’endors à ses côtés. Parce que c’est ton petit frère. Et que désormais, c’est ton rôle de le protéger.

MIN DUBBELFÄSTE (4)
Une pièce. Face et pile. Pile et face. Sol et plafond, plafond et sol. L’un ne fonctionne pas sans l’autre. L’un sans l’autre n’a aucune logique. La clé, la serrure. L’énigme, la réponse. La fragilité, la dureté. La brutalité et la douceur. Des contraires qui sont rien l’un sans l’autre. La rivière, et l’eau qu’elle contient. Deux, jamais plus. Deux, jamais moins. Deux faces d’une même pièce. Jamais l’une sans l’autre. Jamais.

« Calme-toi Li. Je t’en prie. Calme-toi. » La peur s’insinue en toi. Bien sûr que c’est pas la première qu’elle fait ça, bien sur que c’est pas la première fois qu’elle pète un câble. Mais à chaque fois, à chaque fois t’as l’impression que tu vas pas être assez pour l’aider. A chaque fois, t’as l’impression d’être inutile. Et c’est la sensation la pire que tu connaisses. Tu veux pas être inutile pour elle, tu veux être présente, tu veux la calmer, tu veux être là pour elle, tant qu’elle le voudra. Les larmes commencent à dévaler tes joues, tu perds le contrôle. Tu sanglotes. « Li, s’il te plait, calme-toi. » Et l’instinct prend le dessus, et tu la prends dans tes bras, et tu la sers. Fort. Probablement que tu lui aurais cassé quelques os si ç’avait été plus qu’une rapide pression. Mais assez longue, la pression, pour lui chuchoter à l’oreille. Pour lui chuchoter « Sjö » à l’oreille. Et lorsque tu la relâches, elle se détend. Et tu sais que t’as réussi. Tu essuies ses larmes avant d’essuyer les tiennes. Parce qu’elle passera toujours en première, quoiqu’il arrive. Et qu’elle sera toujours la première dans ton esprit, avant tout le reste. Avant toi-même, avant Sören, avant lui. Elle passera toujours, toujours en priorité. Maintenant, tu dois tenir ta promesse. Celle que t’as faite silencieusement à Lotta quand elle est partie, de la protéger elle, en même temps que Sören. Mais aussi celle que tu viens de lui faire. Silencieusement, par ces mots. Que tout ira bien. Tu lui as promis après tout, et tu dois tenir ce serment, tu dois t’assurer que tout ira bien, pour toujours. C’est ton rôle. Parce que c’est ta jumelle, mais que t’es quand même la plus grande. Et que tu l’aimes. Plus que n’importe qui, plus que n’importe quoi. Plus que tout au monde.

MIN FARBROR OCH FASTER (5)
Famille créée. Fausse. Tellement factice et pourtant tellement probable. Plus même que la vraie. Un père brun aux yeux bleus, une mère rousse aux yeux marron, contre deux parents roux aux yeux bleus. Le mensonge se sert de cette image artificielle, physique, pour fonctionner aux yeux de tous. Mensonge honteux. Sentiment étrange de douce vérité qui apparait pourtant. Pas les vrais, mais les seuls présents.

Tu les aimais pas. Quand t’es arrivée, tu leur faisais pas confiance. Et pendant six mois, t’as jamais laissé Sören ou Lize seuls avec eux. Puis, t’as commencé à les connaitre. La méfiance s’est transformée en confiance, petit à petit. Petit à petit, t’as appris à rire aux blagues stupides de ton oncle et à réellement apprécier les p’tit plats de ta tante. « Run, sois gentille, va chercher Liesel et Sören, on va manger. » Tu hoches la tête et tu cours dans les chambres des deux concernés. T’as peur. Tu flippes à mort, même si tu le caches. Parce que t’as pas envie d’inquiéter inutilement les personnes qui t’entourent. Mais quatre personnes se sont essayées à vous élever, Sören, Lize et toi. Et les quatre sont morts. Ça fait un peu plus de deux ans que vous habitez chez eux, et t’as pas envie qu’il leur arrive la même chose. T’as peur. Sören regarde une série moldu, et tu t’arrêtes, tu regardes avec lui. Et Lize vous rejoint rapidement, s’asseyant au fond du lit, prenant le moins de place possible. Tu t’allonges, pose ta tête sur ses genoux. Et tu lui souris. Et ils débarquent, les poings sur les hanches. Faux méchants. Mauvais acteurs. Pas crédibles du tout. Regard échangé avec Sören, et des éclats de rires. Même Lize rigole doucement. Et ils abandonnent le style parents mécontents. Après tout, ils sont pas bien plus vieux que vous. Ils ont l’âge qu’auraient dus avoir Otto et Lotta. 40 ans. Ils s’écrasent sur le lit tout sauf en douceur, et regardent avec vous la série. Le diner crame, vous devez vous y mettre à cinq pour arrêter le feu. Mais vous finissez en bataille d’eau. C’est pas sérieux. C’est peut-être ça la famille après tout.

MIN KÄRLEK (6)
Cœur qui tambourine dans une poitrine coincée. Fermée. La douleur est intense, exténuante. Fatiguée de toujours observer, sans jamais pouvoir agir. Plaisirs éphémères, jamais complets, car mal partagés. Plaisirs charnels. Satisfaction partiel du corps. Il est d’accord. Pas le bon. Le bon est là, juste là, à portée de bras. Mais trop loin. Bien trop loin. Invisible. Blessée. Ridicule. Petite ado amoureuse. Incapable d’attraper l’être aimé.

La vie est trop injuste. Tu le vois, embrasser cette fille, complètement insouciant, complètement ignorant de ta présence. Et t’es même pas jalouse, même pas haineuse envers cette mi-chatain mi-rousse. T’es juste triste. T’as pas envie de pleurer, parce que tu pleures rarement, et jamais devant des gens. Mais t’as mal au cœur, cette vision en viendrait presque à te dégouter. Tu la connais pas cette fille. Tu sais juste que Wissem est amoureux d’elle, ça crève les yeux. Et ça te fait mal. Plus d’un an que tu l’as rencontré. Début de première année. Il lui a sauvé la vie, à Lize. Peut-être pas la vie, mais d’un super merdier, ça c’est sûr. Toi, t’avais bu, et t’étais incapable de le faire, t’avais pas été là. Puis il avait débarqué, et il avait réussi à la sortir du pétrin. Tu l’avais remercié, rapidement, et ç’avait été la première et dernière fois qu’il te voyait vraiment. Maintenant, il te parle, bien sûr, après tout, même année, même cursus, même équipe de Quidditch et même faction, ce serait difficile de faire autrement. Mais il te voit pas vraiment, il te remarque pas. Il n’a d’yeux que pour cette fille. Lyndon c’est son nom. Et ça te fait mal. Pas douée. Pendant un an, tu l’as regardé, essayant de trouver le bon moment pour le remercier pour ce qu’il a fait. Pendant un an, tu l’as regardé, tombant dans ses filets, petit à petit. Et maintenant, il est plus question de le remercier maintenant. Maintenant, t’es juste cette fille, cette rousse, celle qu’il remarque pas, qu’il voit pas. Celle qu’est amoureuse mais qui se tait. Celle qui connaissait rien à l’amour avant l’année dernière. Celle pour qui le premier amour n’est pas réciproque. Celle qui finira le cœur pété en mille morceaux. Celle qui finira cassée, plus qu’elle ne l’ai déjà. Celle qui finira brisée.

Les perles salées coulent sur tes joues. Vie de merde. Pensine, ennemie de toujours, te sers pourtant d’appui. T’as pas le choix, c’est ça où tu t’exploses par terre. T’as mal. Tant de personnes perdues. Tant de personnes aimées que plus jamais tu pourrais embrasser, ou prendre dans tes bras. Tant de personnes que tu as perdues. Tant de personnes que t’as pas pu sauver. Tu pleures, t’as du mal à respirer. Tu peux pas t’arrêter. Allongée sur le côté, position fœtal, la tête recroquevillée dans tes bras, tu pleures, inondant de tes propres larmes la pièce menaçante. Prête à te noyer dans tes souvenirs, dans tes regrets. Une pression sur l’épaule, un corps contre le tien, des caresses maladroites mais pourtant calmante. « sjö ». Puis le calme.

___________________________________________

(1) Mes parents - (2) Ma fratrie - (3) Mon frère - (4) Ma jumelle - (5) Mon oncle et ma tante - (6) Mon amour
La plupart des dialogues auraient étés dis en Suédois. Pour plus de faciliter et pour pas vous obliger à toujours aller en bas pour voir ce que ça signifie (surtout que bon, google traduction quoi, je vais les écrire en Français, et vous aurez qu’à imaginer qu’ils sont dit en Suédois.


Dernière édition par Runhild Ljungström le Mar 11 Aoû - 14:54, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : vieux frères/cass.
AVATAR : dylan rieder.
DC : amarillys.
MESSAGES : 90
CREDITS : wildworld.
ARRIVÉ LE : 30/07/2015
ÂGE : vingt-et-un.
COTE COEUR : it's dark too dark to see.
SANG : de bourbe.
CURSUS/ANNEE : troisième année, cursus uc.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 18:04

Une de mes citations préféréeeeeeeees de Fauuuuuve fire yaa yaa yaa yaa nyaa nyaa love love love love love string euh You know I lov u right? nyaa
Plus sérieusement, rebienvenuuuuuuuue mon amouuuuur, t'es troop canon en Luca (cette fille, c'est genre ma muse, je l'aime tellement tellement color dead ), et puis notre lien gère (moins que Rusem mais quand même ) et j'ai hâte de pouvoir rp avec toooooi keur keur

_________________

look at what you've done to me
your love's got me so crazy right now. your touch got me so crazy right now. your kiss got me hoping you'll save me right now. @sofiakarlberg


faut arrêter de les laisser seuls:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : pudding morphina.
AVATAR : luca h.
DC : winnie.
MESSAGES : 28
CREDITS : © pudding morphina.
ARRIVÉ LE : 08/08/2015
ÂGE : 19 ans.
COTE COEUR : coeur transi depuis un an, célibataire endurcie, jamais vraiment seule.
SANG : pur, mêlé, le mensonge d'une famille entière.
CURSUS/ANNEE : deuxième année de droit.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 18:08

cette citation, c'est un résumé de la relation Wissem en vrai

moi aussi j'ai hâââââââte !!!! ça va être trop de la folie tous ces liens siffle

Run est dans la place sisi

mdr mdr

_________________

Je sais, je sais, tu fais parfois du mal aux gens, parce que t'es pas toujours le mec le plus loyal ni le plus franc. Déjà qu'en temps normal, t'es un peu pas normal, justement. Mais en plus, quand tu bois, tu deviens rapidement assez sale limite flippant.©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : VOYOU.
AVATAR : Bridget Satterlee
DC : Adèle Verdreaux
MESSAGES : 149
CREDITS : avatar : sweet nothing | Signature : Alaska | Gif : Tumbr | Citation : à veir
ARRIVÉ LE : 30/07/2015
ÂGE : vingt et un ans.
COTE COEUR : N'a pas encore trouvé le mode d'emploie de la mécanique du cœur.
SANG : Sang mêlée.
CURSUS/ANNEE : Troisième année.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 18:30

Je ne sais pas pourquoi, je sens que je ne vais pas du tout aimé votre relation cheers
Rebienvenue ici rouquine ♥️ Tu connais déjà la maison.

_________________
The taste of her cherry chap stick
Les hommes tombent amoureux de ce qu'ils voient, Les femmes de ce Qu'elles entendent. C'est pourquoi les uns mentent et les autres se maquillent. › ©️ alaska.  



De cœur à cœur en corps à corps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : castamere (kat).
AVATAR : zoey deutch.
DC : la danseuse, la suédoise, liesel.
MESSAGES : 282
CREDITS : av @wildworld + sign @moi-même/tumblr.
ARRIVÉ LE : 20/07/2015
ÂGE : rae a vingt-et-un ans et des sourires, des rêves, des histoires pleins la tête.
COTE COEUR : elle préfère s'attarder dans les bras des inconnus plutôt que dans le coeur de quelqu'un.
SANG : couleur vermeil. goût de fer. héritage pur. une fierté pour certains, une façon de voir pour d'autres. astra n'aime pas s'attarder sur son statut sanguin, ni celui des autres. cela ne représente qu'une étiquette de plus pour la demoiselle.
CURSUS/ANNEE : étudiante en troisième année du cursus sportif, avec en option la psychologie du sport.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 18:44

oups oups oups
tu es vraiment canon, tu sais ?  siffle

(sinon rebienvenue, bon courage, hâte de //, toussa toussa. argh (  I love you ) )

_________________

{☆ ☆ ☆} down on the west coast they got a sayin', "if you're not drinkin' then you're not playin'." but you've got the music, you've got the music in you, don't you?

il ne suffit que d'une soirée mal tournée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : smb.
AVATAR : adrian sahores.
MESSAGES : 39
CREDITS : sweet disaster.
ARRIVÉ LE : 30/07/2015
ÂGE : dix-neuf ans, un bébé.
SANG : souillé, voleur de magie.
CURSUS/ANNEE : deuxième année, cursus droit.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 19:30

*SORTLECHAMPAGNE* MON AMOUUUUUUUUUUR fire sex
t'es bonne, t'écris comme une déesse, bon, jôteeeeeeeem bedsex cute love
LE RUSEM VAINCRAAAA mouton mouton mouton

_________________


I KNOW YOU WERE TROUBLE



parce que j'ai fait la connerie de les laisser seul sur la cb, un soir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : pudding morphina.
AVATAR : luca h.
DC : winnie.
MESSAGES : 28
CREDITS : © pudding morphina.
ARRIVÉ LE : 08/08/2015
ÂGE : 19 ans.
COTE COEUR : coeur transi depuis un an, célibataire endurcie, jamais vraiment seule.
SANG : pur, mêlé, le mensonge d'une famille entière.
CURSUS/ANNEE : deuxième année de droit.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 20:30

lyn - roh, sois pas jalouse, on se trouvera un lien du tonnerre aussi toutes les deux siffle
astra - mais trop, moi aussi *___* et merci ♥️
wistiti - RUSEM FTW ! sex

_________________

Je sais, je sais, tu fais parfois du mal aux gens, parce que t'es pas toujours le mec le plus loyal ni le plus franc. Déjà qu'en temps normal, t'es un peu pas normal, justement. Mais en plus, quand tu bois, tu deviens rapidement assez sale limite flippant.©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : vieux frères/cass.
AVATAR : claire holt.
DC : deimos.
MESSAGES : 409
CREDITS : ©wildworld.
ARRIVÉ LE : 20/06/2015
ÂGE : vingt-quatre.
COTE COEUR : accrochée à ces émotions, ces souvenirs. l'espoir qui lui retourne les tripes. la mélancolie qui lui accable l'esprit.
SANG : mêlé.
CURSUS/ANNEE : quatrième année, cursus médicomagie (option psychiatrie).

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 21:22

Lyndon Dwight a écrit:
Je ne sais pas pourquoi, je sens que je ne vais pas du tout aimé votre relation cheers
Rebienvenue ici rouquine ♥️ Tu connais déjà la maison.

Comme si Dei ne te suffisait pas pff pff

_________________
I felt like I know him though and I know his heart and I know he wouldn't do anything to hurt me. But I didn't realize that feeling so confident and feeling so great about myself... and then it just be completely shattered by one thing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : gibraltar.
AVATAR : gigi hadid.
DC : pas encore.
MESSAGES : 42
CREDITS : Bombshell.
ARRIVÉ LE : 31/07/2015
ÂGE : 22 ans.
COTE COEUR : célibatarde.
SANG : sang mêlé.
CURSUS/ANNEE : 4 ème année.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 22:00

Bienvenue sur le forum leche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : VOYOU.
AVATAR : Bridget Satterlee
DC : Adèle Verdreaux
MESSAGES : 149
CREDITS : avatar : sweet nothing | Signature : Alaska | Gif : Tumbr | Citation : à veir
ARRIVÉ LE : 30/07/2015
ÂGE : vingt et un ans.
COTE COEUR : N'a pas encore trouvé le mode d'emploie de la mécanique du cœur.
SANG : Sang mêlée.
CURSUS/ANNEE : Troisième année.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Sam 8 Aoû - 22:08

Amarillys Dwight a écrit:
Lyndon Dwight a écrit:
Je ne sais pas pourquoi, je sens que je ne vais pas du tout aimé votre relation cheers
Rebienvenue ici rouquine ♥️ Tu connais déjà la maison.

Comme si Dei ne te suffisait pas pff pff

C'est du lien avec Dei dont je me méfie !!!! oups hm Je ne sais pas ce que vous avez prévu

_________________
The taste of her cherry chap stick
Les hommes tombent amoureux de ce qu'ils voient, Les femmes de ce Qu'elles entendent. C'est pourquoi les uns mentent et les autres se maquillent. › ©️ alaska.  



De cœur à cœur en corps à corps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : VOYOU.
AVATAR : Bridget Satterlee
DC : Adèle Verdreaux
MESSAGES : 149
CREDITS : avatar : sweet nothing | Signature : Alaska | Gif : Tumbr | Citation : à veir
ARRIVÉ LE : 30/07/2015
ÂGE : vingt et un ans.
COTE COEUR : N'a pas encore trouvé le mode d'emploie de la mécanique du cœur.
SANG : Sang mêlée.
CURSUS/ANNEE : Troisième année.

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   Mar 11 Aoû - 15:06

Et une validation pour la rouquine, une ♥️ A moins que cela ne soit la deuxième Arrow

_________________
The taste of her cherry chap stick
Les hommes tombent amoureux de ce qu'ils voient, Les femmes de ce Qu'elles entendent. C'est pourquoi les uns mentent et les autres se maquillent. › ©️ alaska.  



De cœur à cœur en corps à corps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)   

Revenir en haut Aller en bas
 
ça change rien à l'amour, j't'assure, et un jour elles se r'fermeront tes blessures (RL)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je passe de l'amour total à l'agacement complet !
» Roch Voisine - sauf si l'amour s'évapore
» parfait amour et perfect haze
» bebe d amour
» les poignées d'amour...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BOMBARDA MAXIMA :: things we lose have a way of coming back to us in the end :: dossiers scolaires :: bienvenue à Shafiq !-