Partagez | 
 

 so only say my name, it will be held against you. ✦ (vladimir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PSEUDO : castamere (kat).
AVATAR : zoey deutch.
DC : la danseuse, la suédoise, liesel.
MESSAGES : 282
CREDITS : av @wildworld + sign @moi-même/tumblr.
ARRIVÉ LE : 20/07/2015
ÂGE : rae a vingt-et-un ans et des sourires, des rêves, des histoires pleins la tête.
COTE COEUR : elle préfère s'attarder dans les bras des inconnus plutôt que dans le coeur de quelqu'un.
SANG : couleur vermeil. goût de fer. héritage pur. une fierté pour certains, une façon de voir pour d'autres. astra n'aime pas s'attarder sur son statut sanguin, ni celui des autres. cela ne représente qu'une étiquette de plus pour la demoiselle.
CURSUS/ANNEE : étudiante en troisième année du cursus sportif, avec en option la psychologie du sport.

MessageSujet: so only say my name, it will be held against you. ✦ (vladimir)   Mar 4 Aoû - 1:42


i thought of angels, choking on their halos,
get them drunk on rose water. see how dirty i can get them,
pulling out their fragile teeth and clip their tiny wings.



Elle ne sait pas.
Elle ne sait pas vraiment comment elle est arrivée là. Ses souvenirs sont flous. Plus elle y pense, plus ils semblent s’effriter dans les méandres de son esprit. Astra revoit des faisceaux lumineux, des ombres qui s’emmêlent ensemble, des visages familiers, des silhouettes méconnues. Elle peut encore sentir le goût du whisky pur feu sur sa langue. Les verres ont été nombreux, ce soir-là, c’est vrai. Astra, elle voulait s’amuser. S’amuser à en oublier le quotidien, ses problèmes, son prénom. Elle voulait danser, les yeux fermés, à en avoir le tournis. Et elle a réussi. Elle a dansé, elle a bu, elle a ri jusqu’aux larmes. Des rires creux se sont échappés d’entre ses lèvres, des rires aux consonances alcoolisées, des rires sans grande importance. Son sourire a été grand, lui a dévoré la moitié du visage. Et parce qu’elle n’a jamais su s’arrêter, parce qu’être raisonnable n’a jamais fait partie de son vocabulaire, Astra a fini dans les bras d’un garçon dont le nom lui a échappé après seulement quelques secondes en sa compagnie.

Non, non. Elle sait.
Elle sait comment et elle sait pourquoi elle est là. Astra sait parce que ce n’est rien de nouveau pour elle, de finir les nuits avec des inconnus. Les baisers, les gémissements, les respirations saccadées, les mains baladeuses. À l’accoutumé, les gestes se suivent et se répètent. Elle sent les souffles du jeune homme s’abattre sur la peau gracile de son cou, ses mains glisser de ses hanches jusqu’à ses fesses. Il finit par la soulever, dans l’espoir que la brune entrelace ses jambes dans son dos. Elle le fait bien-sûr, doucement. Elle se laisse guider telle une novice aux mimiques pleines d’hésitation, qui a besoin de calquer ses pas sur ceux d’un partenaire. La vérité, c’est que Rae n’a rien d’une novice, au contraire. L’experte en elle la pousse à jouer sur les apparences, à prendre le rôle d’une vierge effarouchée, d’une fille qui manque de confiance en elle. Et le garçon tombe dans le piège, se laisse berner par des battements des cils, et surtout un état d’ébriété bien trop avancé. Il l’emmène loin de la foule, loin loin loin. La nuit est humide, là où leurs pas précipités les mènent. La nuit les enveloppe d’une couverture protectrice, une couverture qui les sépare du reste du monde. Astra ne reconnaît pas les lieux, ne possède pas la capacité de voir dans le noir le plus complet. Alors elle lui demande où ils sont. Dis moi, murmure-t-elle dans un écho saccadé. Parce que même si son taux d’alcool dans le sang est élevé, elle est consciente. Elle est consciente de ce qu’elle fait. Elle l’est toujours. Loup carnassier qui préfère apparaître comme le petit chaperon rouge, elle veut savoir où elle se trouve, elle veut savoir parce qu’elle n’a pas envie que ça tourne mal. C’est toujours un risque de vouloir s’isoler avec quelqu’un qu’on ne connaît pas. T’inquiète, on va bien s’amuser, les spectres sont pas là ce soir, elle se reçoit en réponse entre quelques baisers enflammés. Elle se demande comment il le sait, et entre les vapeurs de whisky pur feu qui enivrent son esprit, Rae comprend alors leur lieu actuel. La maison hantée, bien-sûr. Maintenant qu’elle y prête plus attention, elle arrive à enregistrer l’odeur des marécages qui les enveloppe, l’humidité et la végétation qui les entourent.

Mais… Astra n’a pas envie de réfléchir, elle n’a pas envie de penser. Elle abandonne ses interrogations, elle ferme les yeux et se laisse aller contre cet inconnu, à qui elle est prête à accorder la plus grande des intimités. Elle l’enveloppe de ses bras, de son corps. Son cœur danse une chorégraphie survoltée dans sa cage thoracique. Le garçon la plaque contre un mur délabré, lui dit quelque chose. Tais-toi, tais-toi Merlin elle a envie de lui dire. Au lieu de ça, elle lâche un rire de bécasse, parce qu’elle ne veut pas démarrer une conversation avec lui, elle veut juste finir ce qu’ils ont commencé. Ce qui ne semble pas prêt d’arriver.
Un craquement, des bruissements, des pas. Ils brisent le silence, arrêtent les deux jeunes dans leur élan. Astra reprend son souffle, éloigne son visage de celui en face d’elle pour regarder par dessus l’épaule de son amant d'un soir. L’obscurité menaçante, ténébreuse. Elle n’y voit rien. Ou peut-être que si. Elle n’en sait rien, les effets de l'alcool qu'elle a ingurgité l’empêchent d’être pleinement lucide. Sa baguette se trouve dans son bustier, facile d’accès, elle se demande si elle en aurait besoin ce soir. Elle n’est pas sûre d’être en état pour s’en servir, encore moins pour se défendre contre une créature. Astra imagine que c’est un animal, les sorciers n’osent pas se balader aussi près de la maison hantée, du moins, de ce qu’elle en sait. Un animal, elle se répète sagement, ça ne l’empêche en rien de poser une question face au silence qui leur fait face. « Est-ce qu’il y a quelqu’un ? » Réplique bateau, tirée tout droit d'un film d'horreur moldu. Maintenant qu'elle y pense, toute cette situation lui en rappelle un. Elle desserre légèrement ses bras du cou du garçon qu’elle embrassait fiévreusement encore quelques instants plus tôt. Elle n’a aucune envie de se détacher de lui, de sa chaleur, mais s’il le faut, elle ne va pas hésiter une seule seconde. Elle n'a rien d'une demoiselle en détresse, rien d'une petite blonde superficielle qui meurt dû à sa bêtise. Elle ne va pas broncher avant de sauter au sol, sortir ses poings, se défendre contre l’entité mystérieuse qui vient de l'interrompre en bonne compagnie. Montre toi. Montre toi.

_________________

{☆ ☆ ☆} down on the west coast they got a sayin', "if you're not drinkin' then you're not playin'." but you've got the music, you've got the music in you, don't you?

il ne suffit que d'une soirée mal tournée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
so only say my name, it will be held against you. ✦ (vladimir)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [15] Cantal
» avis prenom
» Arrivée de Vladimir Goutchkov
» I’m gonna survive with my head held high.
» LA MANUFACTURE DES REVES Y.SIMON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BOMBARDA MAXIMA :: l'académie shafiq :: l'extérieur :: maison hantée-