Partagez | 
 

 all monsters are humans + {jinx&astra}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PSEUDO : cupcake 8D
AVATAR : charlotte free
MESSAGES : 51
CREDITS : blondie
ARRIVÉ LE : 24/07/2015
ÂGE : 19 ans
COTE COEUR : attirée par une jolie fille, mais célibataire tant qu'elle n'aura pas mis son ego de côté
SANG : né-moldue, le miracle vivant
CURSUS/ANNEE : 1e année, cursus artistique

MessageSujet: all monsters are humans + {jinx&astra}   Dim 26 Juil - 15:25

just hurt
la fille est jolie. avec ses cheveux couleur pain d'épice, qui retombent en d'élégantes boucles sur ses épaules métisses. c'est une vraie fille typique d'ici, un peu à la tiana dans la princesse et la grenouille. une vraie fille du bayou, qui, si elle se déguisait un peu, pourrait prétendre faire du vaudou. elle a de beaux yeux noirs aux cils à rallonge, envoûtants. bien sûr, toi t'es un peu bourrée alors tu rigoles d'un rien. tu lui murmures quelque chose à l'oreille. t'as pas envie de coucher ce soir. t'es encore à peu près sobre, du moins assez pour tenir debout et ne pas te prendre pour un pokémon. tu lui caresses doucement la joue, et elle te sourit. alors, tout aussi doucement, tu poses tes lèvres sur les siennes. elles sont chaudes, comme la caresse du soleil, après une nuit passée à rêvasser sur le toit de la maison. elles sont un peu épicées et voluptueuses. tu souris.
impossible de retrouver ce goût de framboise, ce petit côté un peu collant du gloss parfumé, la finesse de la lèvre supérieure que tu aimais tant maltraiter de tes dents. mais tu souris pour donner le change. impossible de retrouver ce que tu cherches. tu t'en vas avec un sourire, laissant ton numéro dans la paume de la main de la jolie métisse. ce n'est pas parce qu'elle n'a pas la même saveur qu'elle n'en est pas moins délicieuse et que tu vas la laisser filer. c'est vraiment pas ton genre. tu sors une autre blague, qui sonnait certainement mieux dans ta tête, et tu t'en vas en gloussant.
ce n'est qu'après que tu les entends. ces cris. ces insultes. hé, la gouine, tu files où comme ça?. ils sentent l'alcool à plein nez, pire que toi. ils ont pas une démarche très assurée, mais ils ont des bras qui font trois fois les tiens. et ils ont l'air d'être prêts à en découdre, alors que toi, bourrée, tu sais plus vraiment te battre correctement.

tu souris comme une dingue dans les couloirs de ton bâtiment. de ce sourire un peu flippant, tu rigoles toute seule en voyant la tête des tableaux. il n'est pas tard, il est à peine ving-trois heures. tu titubes. pas tant à cause de l'alcool que tu as pu ingérer, plus à cause de la douleur qui te brouille la vue. mais tu sais encore à peu près te repérer. pas question d'aller voir ta cousine dans cet état. tu te souviens plus bien de la formule, et t'as pas envie de passer pour une faible devant elle. par contre tu connais quelqu'un qui pourra peut-être s'occuper de toi. tu poses ta main sur le bas de tes côtes. elle est peut-être fêlée et tu devras peut-être passer à l'infirmerie. ils t'ont pas loupé ces deux là. et puis t'étais définitivement pas en état de te défendre. et puis toi et ta stupide manie de rentrer par les ruelles les plus désertes qu'il soit quand t'es saoule.

tu te tiens cinq minutes à un mur pour reprendre ton souffle. la femme dans le tableau semble s'offusquer que tu poses sa main sur sa gueule trop poudrée et trop maquillée de gentille fille des temps anciens. c'est vrai que tu payes pas de mine, toi, par rapport à elle. avec ton arcade en sang, ta lèvre coupée, tes bleus un peu partout et ton maquillage qui a coulé. certaines mèches de tes cheveux roses ont un tie-and-dye vermeil. et tes vêtements... un jean bleu clair troué aux genoux, un débardeur large, à emmanchure américaine, laissant voir une partie de ton soutien gorge quand tu lèves les bras. et t'as ta veste en cuir, qui te donne un air de rebelle. il y a de quoi choquer la simili-reine victoria en effet. tu rigoles face à sa tête et tu t'en vas plus loin.

tu ne tapes même pas. de toute façon ça t'étonnerait que astra soit endormie à une telle heure. on est chez les émeraudes ici, pas chez les diamants. si elle dort, franchement, tu la traînes plus jamais avec toi en boîte. tu rigoles face à la tête qu'elle fait. l'alcool court encore dans le sang qu'il te reste. je crois que je me suis fait défoncer par deux connards de moldus, bourrés et homophobes par dessus le marché. et je crois que je suis trop bourrée pour jeter un sort correctement. tu rigoles encore, comme une tarée et tu t'écroules sur le lit avant de grimacer en fronçant les sourcils. aïe t'avais oublié qu'il valait mieux éviter les mouvements brusques. ça t'était complètement sorti de la tête et t'as agi par instinct, comme d'habitude. mais y a des fois où tu ferais mieux de réfléchir. parce que ta respiration se met de nouveau à faire l'arbitre de quidditch, à siffler chaque fois que t'inspire ou que t'expire. et ça fait mal, maintenant que tu reprends un peu plus pied dans la réalité. mais tu rigoles encore, parce que t'as pas fait que boire, comme l'indiquent gentiment tes yeux légèrement rouges. j'aimerais bien être un seigneur du temps moi aussi des fois, pour me régénérer, parce que là ça arrache au niveau des côtes. presque autant que la première fois que tu bois du whisky pur-feu.


fiche (c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : castamere (kat).
AVATAR : zoey deutch.
DC : la danseuse, la suédoise, liesel.
MESSAGES : 282
CREDITS : av @wildworld + sign @moi-même/tumblr.
ARRIVÉ LE : 20/07/2015
ÂGE : rae a vingt-et-un ans et des sourires, des rêves, des histoires pleins la tête.
COTE COEUR : elle préfère s'attarder dans les bras des inconnus plutôt que dans le coeur de quelqu'un.
SANG : couleur vermeil. goût de fer. héritage pur. une fierté pour certains, une façon de voir pour d'autres. astra n'aime pas s'attarder sur son statut sanguin, ni celui des autres. cela ne représente qu'une étiquette de plus pour la demoiselle.
CURSUS/ANNEE : étudiante en troisième année du cursus sportif, avec en option la psychologie du sport.

MessageSujet: Re: all monsters are humans + {jinx&astra}   Lun 27 Juil - 9:09


we know very well who we are,
so we hold it down when summer starts.
what kind of dough have you been spending ?


Des fois, Astra, elle se pose des questions.
Des questions sans intérêt ou indicatrices de son état d’esprit. Des questions qui peuvent valoir cher à la demoiselle.
Est-ce que je prends le risque de dévier ce cognard, ou je le laisse filer au détriment d’un autre joueur de mon équipe ? Une interrogation parmi tant d’autres, que la brune impose à son esprit au quotidien. La réponse reste toujours la même. L’impulsivité – ou peut-être est-ce une once de folie - fait battre son cœur un peu plus vite. Boum boum boum. Fait siffler l’adrénaline dans ses veines un peu plus fort. Ssssssssh. Et quand le cognard fait impact avec son bras, quand ses os claquent sous l’effet de la douleur, que des larmes qui ne couleront jamais emplissent ses yeux noisettes, Astra, elle comprend. Elle comprend que sa décision était bonne. Qu’elle préfère faire face à la douleur et une ossature brisée plutôt que de voir un proche, un ami, vivre ces choses-là. Parce qu’elle est comme ça, Astra. Elle choisit d’endurer elle-même plutôt que de faire endurer aux autres. Surtout ceux à qui elle tient. Elle serait prête à vivre sous un doloris répétitif pour ces personnes-là, un malaise capable de l’emmener jusqu’aux portes défendues de l’enfer rien que pour leur laisser la vie sauve.  
Mais des fois, Astra, elle continue à se poser des questions.
Si eux, ils serraient prêts à faire de même pour elle. Si ces gens endureraient les pires peines pour pouvoir lui éviter des souffrances corrosives. S’ils tiennent à elle autant qu’elle tient à eux. Dans ces moments là, où ses peurs les plus enfouies, les plus intimes, ressortent, Astra se sent minable. Petite fille égoïste, au cœur incertain qui vacille entre une assurance maitre et un doute constant. De l’anxiété enfantine qui renait de ses cendres, apparaît au fond de ses prunelles. Astra se tait. Laisse échapper un grognement de douleur, rien de plus. Ne fait que repartir de plus belle, sur son compagnon de route, son balais magique. Elle joue, elle riposte, avec conviction et fermeté. La douleur lancinante à son épaule n’occupe que l’arrière de son esprit.

Priorités, belles priorités.

Et le jeu se finit ainsi. Son équipe aurait gagné le match, si ce n’était pas un simple entrainement. La brune prend quelques pas de côté, dès ses pieds posés sur l’herbe verte du stade. Elle s’éloigne de la masse, sous les ordres de l’entraineur, n’écoutant cette fois-ci qu’à moitié les paroles de ce dernier. En vérité, Astra n’arrive plus à se focaliser sur autre chose que le rythme imposé par son cœur, dont les battements ricochent dans son membre blessé. Serrant les dents, l’agonie ne prend fin que quand elle se retrouve aux vestiaires, sa baguette entre ses doigts tremblants et un sort de guérison sur le bout des lèvres. Aucun os n’est cassé. Elle est soulagée de ne pas avoir à avaler une énième fiole de Poussos. Les potions infectes qu’elle boit quasiment tous les deux jours depuis sa rentrée à l’Académie. Astra ne peut pas s’en plaindre, ne peut pas regretter l’absence des cicatrices sur son corps, sa peau immaculée. Elle se redresse, machinalement, continue sa routine post-match en ôtant son uniforme puis en allant s’abriter sous les jets d’eau brulante de la douche. Elle n’en ressort qu’une demi-heure plus tard, entièrement revêtue de ses vêtements alors que ses coéquipières féminines sont encore toutes dans leurs serviettes. Rae ne peut pas s’empêcher de sourire en passant à côté d’elles, animées dans une conversation vivace dont le sujet n’intéresse pas particulièrement la brune. « Je pars plus tôt aujourd’hui, désolée les filles. » L’annonce de son départ est recueillie par des hochements de tête en guise de réponse, la compréhension se dévoilant sur leurs faciès. « Ah et si Tamlin passe par là, dites lui que c’que j’ai fait est normal, c’est pas la peine de me remercier. » Astra laisse apparaître une nuance de malice dans son sourire. Elle sait que Tamlin, l’attrapeur de son équipe, voudra à tout prix lui rendre la pareille pour s’être prise le cognard à sa place. Ce n’est pas pour ça qu’elle l’a fait, pourtant. C’est normal. Pour elle, ça l’est.

Romy avait quitté l’entrainement plus tôt aujourd’hui, alors Rae s’attend à la trouver dans leur chambre. Mais c’est bien le silence qui lui fait face quand elle rentre dans les dortoirs. Nada. Pas de Romy. Probablement en bonne compagnie, perdue quelque part. Sa meilleure amie possède la fâcheuse tendance à disparaître de la surface de la terre, parfois. Astra ne se fait pas des soucis la concernant ; Elle préfère s’installer confortablement dans un fauteil, Castiel ronronnant paisiblement sur ses genoux, ses phalanges serrés autour d’un bloc-notes. Il est temps pour la sorcière de penser au problème véritable qui se présente à elle. C’est donc plongée dans l’écriture d’une liste de divers ingrédients que Jinx la surprend avec son arrivée impromptue, une heure plus tard. Surprise qu’il soit déjà onze heures, et encore plus de l’état de la jeune Cox, la brunette fronce machinalement les sourcils en se relevant de son fauteil. Son carnet laissé derrière elle, elle se précipite devant la née-moldue, alarmée par le sang et les blessures de celle-ci. « Qu’est-ce qui t’est arrivé ? » Elle s’inquiète, Astra, tandis que ses yeux parcourent le corps frêle et endommagé de son amie. « Je crois que je me suis fait défoncer par deux connards de moldus, bourrés et homophobes par dessus le marché… » Une lueur de colère nait au fond du regard de la brunette. Une colère sourde, une colère à l’instar du calme avant la tempête. Astra sent ses mâchoires se serrer sous l’effet de cette émotion. « Tu crois ? Jinx, merde ! Pourquoi t’as pas utilisée ta baguette pour t’défendre ? » La question est hypocrite de sa part, Astra le sait. Mais elle ne peut quand même pas s’empêcher de la poster. Parce que la magie a toujours été la réponse à ses yeux, du moins jusqu’à ce qu’on lui annonce que sa mère ne pouvait pas être soignée. Astra, elle ne l’a pas cru. Elle ne le croit toujours pas. « Et je crois que je suis trop bourrée pour jeter un sort correctement. » Elle lève les yeux au ciel, Rae, y reconnait bien Jinx dans ce comportement, ces paroles. Du moins la Jinx qu’elle a toujours aperçu jusqu’à là. Imprévisible, bruyante, téméraire. Rae, elle s’est attachée à la demoiselle de deux ans sa cadette, il ne lui a fallu que quelques mois pour s’inquiéter de son sort. Comme quand celle-ci s’apprête à faire quelque chose de déconseillé.  « Attends ! » La voix de la Shafiq se fait pressante, mais c’est trop tard... « Aïe. » La plus jeune sorcière s’est déjà affalée sur le lit de sa colocataire absente, et au vu de sa plainte immédiate ainsi que de la respiration sifflante qui s’en est suivie, Astra voyait juste dans son diagnostic superficiel. « Ne bouge pas, je crois que tu as un poumon perforé. » Astra, elle s’inquiète, se dépêche de trouver la bonne potion parmi celles qui se trouvent dans sa commode. « J'aimerais bien être un seigneur du temps moi aussi des fois, pour me régénérer, parce que là ça arrache au niveau des côtes. Presque autant que la première fois que tu bois du whisky pur-feu. » ; « C’est ce qui arrive quand l’un de tes organes est percé, je te rassure. » Le ténor de sa voix est léger, moqueur, ne reflète en rien le conflit qui fait rage en son sein. « Tiens, avale ça. » Elle finit par lui tendre la fiole à moitié remplie d'un liquide réparateur, guérisseur, songeuse. « Tu as vu à quoi ressemblaient les deux cons qui t'ont fait ça ? »

_________________

{☆ ☆ ☆} down on the west coast they got a sayin', "if you're not drinkin' then you're not playin'." but you've got the music, you've got the music in you, don't you?

il ne suffit que d'une soirée mal tournée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : cupcake 8D
AVATAR : charlotte free
MESSAGES : 51
CREDITS : blondie
ARRIVÉ LE : 24/07/2015
ÂGE : 19 ans
COTE COEUR : attirée par une jolie fille, mais célibataire tant qu'elle n'aura pas mis son ego de côté
SANG : né-moldue, le miracle vivant
CURSUS/ANNEE : 1e année, cursus artistique

MessageSujet: Re: all monsters are humans + {jinx&astra}   Mar 28 Juil - 20:28

just hurt
sourcils froncés, la colère tourbillonnant au fin fond de ses prunelles, derrière une bonne couche d'inquiétude, astra te regarde sous toutes les coutures, inspectant tes blessures du regard. t'as l'impression d'être devant un médecin, et en plus tu peux rien dire, ni rien faire. parce que c'est bien ce que tu cherchais en venant ici. de l'aide et quelqu'un qui pourrait surtout te soigner sans réellement te poser des questions. elle, elle ne te demandera pas ce que tu faisais dehors à cette heure, elle ne te dira pas que tu l'as bien cherché, à embrasser tout ce qui bouge. Tu crois ? Jinx, merde ! Pourquoi t’as pas utilisée ta baguette pour t’défendre ? micro explosion, comme le beurre dans le micro-ondes. ta comparaison te fait rigoler. elle comprendra de toute manière que tu t'es perdue dans ta tête et que ce n'est pas ce qu'elle a dit qui te fait rire. quand même. tu ne lui manqueras jamais de respect, tu l'adores trop ta maman-poule. elle est chou quand elle s'inquiète. tu sais très bien pourquoi. l'autorité est peut-être un truc qui me passe bien au-dessus de la tête -et c'est pas difficile, vu que je suis pas très grande-, mais si je peux éviter de me cogner deux heures d'interrogatoire devant les aurors, je le fais parce qu'ici, ils sont énervés les trois quarts du temps. t'as jamais eu à faire à eux, et tu comptes pas vraiment commencer aujourd'hui. t'es bien dans ta vie, à faire tes conneries sans être chopée, et t'as pas envie de décevoir ta maman -ou ta tante, techniquement, mais techniquement, tu t'en fous-.

elle lève les yeux au ciel quand tu lui dis que de toute façon, tu n'es pas en état de jeter le moindre sort. ça pourrait même être dangereux, en plus. c'est comme jeter un sort avec une baguette cassée, c'est vraiment pas recommandé. tu sais que quand tu dis ça, tu renforces l'impression qu'on peut avoir en te croisant dans les couloirs. elle ne te fait pas de commentaires sur tes yeux rouges et tu en es bien contente. c'est la fille-pain-d'épice -son nom t'échappe, alors tu préfères la renommer comme ça- qui t'a offert son joint. jolie fille au nom français. tu passes ta main dans tes cheveux avant de te laisser tomber sur le lit. et ce n'est que lorsque ton souffle se fait douloureux que tu prends conscience qu'elle t'avait prévenue, tandis que tu t'élançais plus ou moins. gentille astra. toujours là à veiller sur toi. gentille maman. Ne bouge pas, je crois que tu as un poumon perforé. tu fronces les sourcils. pour toi, dans ta tête, on mourrait toujours de suite lorsqu'un poumon était perforé. et puis c'est vachement grave non ? c'est peut-être pour ça que les gestes de ton ange gardien sont un peu précipités. tu la regardes fouiller, avant de te tendre un flacon. elle t'envoie une réplique un peu moqueuse, à laquelle tu réponds en tirant la langue, comme une gamine. gentille infirmière, elle te demande de boire. alors tu obéis, sage patiente.

la grimace exagérée déforme les traits de ton visage. tu avais oublié que les médicaments et les potions de guérison étaient plus souvent dégueulasses que bonnes. mais à chaque fois tu avais ce minuscule espoir qu'elles aient le goût de banane haribo de ton sirop pour la toux, quand tu étais petite. celui là il était bon au moins. mais tu ne te plains pas, parce qu'astra est trop gentille de te donner une de ses potions. elle est même pas en médecine ! mais elle a toujours quelque chose pour te guérir. c'est presque si elle n'a pas un pot avec des sucettes dedans, à côté, pour la petite gamine que tu es. et le pire c'est que tu sais que tu la prendrais quand même si elle en avait. Tu as vu à quoi ressemblaient les deux cons qui t'ont fait ça ? »
tu secoues la tête négativement. il faisait sombre, un peu trop pour que tu puisses bien y voir. mais tu sais qu'ils avaient des gros bras, qu'ils étaient un peu bedonnants aussi, et un était chauve. après le reste... et puis même si tu savais quelque chose, tu ne le dirais pas. tu vas laisser passer pour une fois. tu n'as pas le courage de te battre. d'y retourner. t'as pas envie de perdre ton coup potentiel.
tu sens les tissus se reformer, tu sens tes poumons se reconstruire. c'est douloureux, mais toujours moins qu'avant. tu croises le regard d'astra. elle a l'air songeuse. elle a l'air un peu calme, pas sur le point de sortir pour casser la gueule aux deux abrutis qui t'ont fait mal. normalement t'aimes pas être sur-protégée, comme ça. toi t'es une guerrière, une spartiate. mais tu sais pas pourquoi, avec astra, ça passe mieux. peut-être parce qu'elle est plus âgée, pas réellement ton genre, tu sais pas. tu sais juste que si ce n'était pas elle, tu ne te laisserais pas faire. je me souviens pas vraiment. ils étaient un peu en surpoids, et ils avaient bu, et ils avaient l'accent d'ici. mais ils étaient tout roses, pas métisses comme la jolie fille avec qui j'ai passé ma soirée. elle, elle était belle, avec sa silhouette un peu en huit et... merde, je dérive complètement tu rigoles, un peu fort, mais tu sais pas rire discrètement, toi. t'as jamais su le faire.


fiche (c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : castamere (kat).
AVATAR : zoey deutch.
DC : la danseuse, la suédoise, liesel.
MESSAGES : 282
CREDITS : av @wildworld + sign @moi-même/tumblr.
ARRIVÉ LE : 20/07/2015
ÂGE : rae a vingt-et-un ans et des sourires, des rêves, des histoires pleins la tête.
COTE COEUR : elle préfère s'attarder dans les bras des inconnus plutôt que dans le coeur de quelqu'un.
SANG : couleur vermeil. goût de fer. héritage pur. une fierté pour certains, une façon de voir pour d'autres. astra n'aime pas s'attarder sur son statut sanguin, ni celui des autres. cela ne représente qu'une étiquette de plus pour la demoiselle.
CURSUS/ANNEE : étudiante en troisième année du cursus sportif, avec en option la psychologie du sport.

MessageSujet: Re: all monsters are humans + {jinx&astra}   Dim 2 Aoû - 17:54


we know very well who we are,
so we hold it down when summer starts.
what kind of dough have you been spending ?


« Tu sais très bien pourquoi. L'autorité est peut-être un truc qui me passe bien au-dessus de la tête -et c'est pas difficile, vu que je suis pas très grande-, mais si je peux éviter de me cogner deux heures d'interrogatoire devant les aurors, je le fais. » Jinx a raison, bien-sûr. Astra le sait très bien. Elle en a gardé quelques souvenirs, jolis souvenirs ajoute-t-elle sarcastiquement quand l’évènement revient dans les conversations entre elle et ses parents. La nature emmerdeuse des aurors, leurs incessantes questions, les piaillements rythmés dans les tempes de la brune. Pourquoi mademoiselle Shafiq, n’avez vous pas vu le couple des moldus sur leur balcon mademoiselle Shafiq, imaginez ce qu’aurait pu arriver mademoiselle Shafiq, n’aviez vous vraiment pas conscience mademoiselle Shafiq. Mais ce n’était qu’un Lumos monsieur l’Auror, il faisait vraiment sombre monsieur l’Auror, c’était au milieu de la nuit monsieur l’Auror. Elle n’avait pas avoué être dans un état d’ébriété avancé, pas au début du moins. Ses parents restaient des parents, les géniteurs d’une gamine de 17 ans à laquelle ils n’autorisaient toujours pas de boire librement. Ainsi, Astra avait préféré assumer sa gaffe avec une fausse façade d’adolescente inconsciente, innocente. Seule sa gueule de bois, encore fraiche de la nuit précédente, l’avait trahie. Et maman et papa Shafiq l’ont appris. Naturellement. Ils ont présentés des excuses au bureau des Aurors sous les yeux de leur fille. Leur fille qui avait travaillé d’arrache-pied pendant des années pour satisfaire ses parents, leur fille qui avait enchainé les nuits blanches pour réviser ses examens de fin d’année, leur fille qui ne voulait que fêter la fin de sa scolarité à Salem. Astra s’était rarement sentie aussi nulle de sa vie qu’à cet instant précis. Peut-être qu’il y avait un fond de vérité dans les remarques acerbes de Morrigan. Peut-être que Astra…
La demoiselle s’est perdue dans ses pensées, s’est égarée à des années d’ici. Elle s’empresse de partir à la rechercher de la potion pour soigner Jinx. Jinx, la fille aux cheveux roses, la fille avec un sale tempérament, si semblable au sien parfois. Jinx, elle lui rappelle sa sœur. Ou plus exactement la sœur qu’elle aurait voulu avoir. Parce que même si elle l’aime, au fond, Morrigan, elle la déteste encore plus. Pour ce qu’elle est devenue, pour la haine qu’elle semble ressentir envers son ainée. Complicité brisée, enfance effacée. Deux ombres dont les mains liées se sont détachées l’une de l’autre. Astra a des regrets, qui se manifestent quand elle est en compagnie de Jinx. Des « et si » et des « peut-être ». Elle veut aimer sa sœur librement, elle veut la protéger. Mais elle ne peut pas. Elle ne peut pas, alors elle couve Jinx. Elle en prend soin. Comme elle l’aurait fait avec Morri. La jeune Shafiq s’inquiète de son état, s’inquiète de ce que ces deux moldus lui ont fait. Sa question sur leur apparence n’est pas innocente, d’ailleurs, loin de là. Même si elle apparaît songeuse et calme à l’exterieur, elle bouillonne d'une colère vengeresse au fond. « Je me souviens pas vraiment. Ils étaient un peu en surpoids, et ils avaient bu, et ils avaient l'accent d'ici. Mais ils étaient tout roses, pas métisses comme la jolie fille avec qui j'ai passé ma soirée… Elle, elle était belle, avec sa silhouette un peu en huit… » Astra note avec attention tous les détails qui lui sont donnés. Elle pense, elle réfléchit, n’écoute plus vraiment la fin de sa tirade. Elle songe à ces deux moldus aux identités inconnues, qui se cachent dans un anonymat que Astra veut faire tomber. Son esprit lui réclame vengeance. Son cœur lui dit on récolte ce que l’on sème. Elle ne peut pas les laisser partir comme ça. Même si c’est ce que veut Jinx.

Ils n’avaient pas le droit de la toucher.
Ils n’avaient pas le droit de lever leurs poings, de faire couler son sang, parsemer son corps des bleus juste parce que. Et parce que quoi, d’ailleurs ? Ils voient une jolie fille embrasser une autre fille et les voilà qui se disent que c’est mal ? Que c’est dégueulasse? En quoi ça les regarde ? Astra ne comprend pas. Elle ne comprend pas cette mentalité moldue tout comme elle ne comprend pas les mentalités des sorciers aux mœurs puristes.
Homosexuels, nés-moldus... Différents, oui. Étranges, non. Le conflit est le même, mais avec des adjectifs différents. La cause, elle change pas. La paix. L’acceptation des tous. Un monde meilleur. Astra s’estime heureuse d’être née dans un lieu où le sang n’a pas une très grande influence. Mais ce qu’elle ne supporte pas en Amérique, c’est bien l’autre facette du pays de la liberté. La facette tout aussi moyenâgeuse que celle qui professe l'importance d'un sang pur. C’est là que s’arrête son patriotisme. « … et... merde, je dérive complètement. »
Et puis elle revient sur terre, Astra.
Parce qu’elle aussi, elle dérive.
Elle ne pense pas à ce qui est important. Jinx ne semble pas vouloir retrouver ces deux cons, elle devrait donc travailler seule. Rae sourit avec une touche d’humour, doucement. « Tu as passé une bonne soirée avant qu’on te prenne pour un punching ball, alors ? » Mutine. Elle avance prudemment dans la conversation, sans pour autant se délaisser de son manque de tact. Le tact, c’est pas pour Astra, ça l’a jamais été. Elle sait que si elle agit différemment que d’habitude, son plan va tomber à l’eau. Elle se fera  attraper dans ses questions en moins de deux. Elle ne peut pas. Elle a besoin d'informations. « J’imagine que tu es allée dans un bar ? Tu aurais du m’inviter ! Je me suis faite royalement chier après être rentrée de l’entrainement. Il y a un mec qui devait organiser une soirée, ce soir... » Bavardages, meilleure distraction pour la Shafiq. Elle prononce les mots d’un ton qu’elle n’espère pas trop forcé. Mais Jinx, elle est soûle. Jinx, elle a probablement quelques grammes des substances illicites dans le sang. Est-ce qu’elle va vraiment pouvoir remarquer quelque chose qui cloche ? «... mais ça a été annulé. Je suis dég-ou-tée. » Astra se laisse tomber sur la couverture rougeâtre du lit de Romy, aux côtés de la jolie Cox. Agir nonchalamment. Riiiight.

Spoiler:
 

_________________

{☆ ☆ ☆} down on the west coast they got a sayin', "if you're not drinkin' then you're not playin'." but you've got the music, you've got the music in you, don't you?

il ne suffit que d'une soirée mal tournée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PSEUDO : cupcake 8D
AVATAR : charlotte free
MESSAGES : 51
CREDITS : blondie
ARRIVÉ LE : 24/07/2015
ÂGE : 19 ans
COTE COEUR : attirée par une jolie fille, mais célibataire tant qu'elle n'aura pas mis son ego de côté
SANG : né-moldue, le miracle vivant
CURSUS/ANNEE : 1e année, cursus artistique

MessageSujet: Re: all monsters are humans + {jinx&astra}   Mar 18 Aoû - 11:51

just hurt
le piège est là. tendu, prêt à ce que tu tombes dedans. elle agit normalement, comme elle l'aurait fait toutes les fois où vous avez discuté ensemble. et puis tu es pas tout à fait en état de le voir. et je ne sais même pas si en temps normal tu l'aurais vu. de toute façon, tu fais confiance à astra. passer une bonne soirée ? ouais, carrément. la fille était vraiment mignonne, et puis douce et surtout elle avait pas l'air de te juger. bon, évidemment, t'es bizarre, ça, tu le sais. même pour des gens ouverts d'esprit, tu restes sacrément décalée. mais tu ne lui en veux pas. elle n'avait pas l'air de t'en vouloir non plus. « carrément. la fille était belle et bonne, ce qui n'est pas négligeable. elle avait des super cheveux, j'te jure, si tu m'laissais faire j'les lâcherais plus. on est allés dans un bar, t'sais dans le quartier français ? c'était sympa. y avait un peu d'ambiance, mais c'était assez calme pour un rencard. » une soirée ? oh bah tant mieux qu'elle ait été annulée, t'aurais ptêt bien regretté de ne pas y être allée. t'aimes bien les soirées. tu te marres toujours. bon, tu finis toujours à l'envers ou dans les bras de quelqu'un. parce que c'est plus simple comme ça, n'est-ce pas ? parce que c'est plus simple pour ne reconnaître personne et ne pas se faire mal. t'as peur d'avoir mal. t'as toujours eu peur de souffrir. la preuve. parfois quand t'étais petite, tu préférais encore garder ton genou presque ouvert plutôt que de mettre du désinfectant dessus. avec la magie, t'as été contente. tu souffrais moi, ou du moins t'en avais l'impression. mais il y a des blessures que même la magie ne peut pas guérir. même pas avec la meilleure volonté, pas même avec le plus grand des sorciers.
fais chier, hein ? c'est ça ta pensée. Quand tu te rends compte que t'es de nouveau en train de penser à Elle. c'est ça que tu penses, en permanence. fais chier. parce que t'es qu'une idiote, parce qu'Elle est une idiote, parce que vous passez votre temps à vous détester alors que vous pourriez vous aimer d'une manière sublime et enivrante. mais non. vous préférez vous trémousser dans cette robe de haine et de fierté mal placée. parce qu'aucune ne fera un geste tant que l'autre n'en fera pas. et vous voilà, là paralysées. vous avez l'air intelligente, hm ? t'as envie de claquer cette voix cynique dans ta tête. tu soupires et tu regardes astra, de tes yeux un peu rouges, un peu bizarres. « et toi ton entraînement ? » tu demandes, comme ça. parce que tu sais à quel point le quidditch est presque voire plus important que la fête dans le cœur de la shafiq. le quidditch ça a jamais été ton truc. t'en as jamais fait, pas même au japon. bien sûr tu regardais. bien sûr, tu regardes toujours, t'aimes bien regarder, crier avec les autres, te laisser emporter par cette vague aussi transcendante que la musique dans les soirées. c'est toujours agréable. c'est comme l'impression de faire partie d'un tout et de ne pas être simplement la fille aux cheveux roses, barbie. nan. tu as l'impression de ne plus être personne tout en restant toi-même. on ne te remarque plus par tes cris, et c'est étrangement agréables. pas comme si ton quotidien et le fait qu'on te remarque te dérangeait beaucoup, évidemment. haters gonna hate, comme on dit. elle est vraiment jolie astra. mais ça ne te viendrait jamais à l'esprit, même complètement bourrée, même défoncée jusqu'à l'overdose -ce qui ne t'arrive jamais- de l'embrasser.

ce serait comme embrasser vi -quoique ça a dû vous arriver une fois ou deux ça, juste pour vous marrer-. mais ce serait comme de l'inceste, ce serait... dérangeant. et ça n'arrivera pas. de toute façon, même si elle est jolie elle est pas ton style. tu préfères les blondes, techniquement. quoique t'as jamais compris cette histoire de « genre de filles » ou « genre de mecs ». pas que tu tombes amoureuse des gens pour leur aspect intérieur -pas que. tu couches pas avec leur intelligence. en général ce sont les yeux qui te passionnent. les garçons... les bruns, les roux aussi, ils sont cools les roux, ils ont la classe certains. faut arrêter de les martyriser, les pauvres. y a quelques blondinets qui sont sympas. mais tu es passionnée par les grands yeux, bleus foncés, bleu saphir, avec des paillettes dorées dedans quand ils sont heureux, assortis à des lèvres un peu charnues, un peu rosées. c'est ça que tu aimes toi.

gosh... c'est affreusement court et t'as presque rien pour rebondir, j'suis désolée  ouh  argh

fiche (c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: all monsters are humans + {jinx&astra}   

Revenir en haut Aller en bas
 
all monsters are humans + {jinx&astra}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» all monsters are humans + {jinx&astra}
» camp d'Astra , puis camp aspirant ZIRNHELD
» RARE CABRIOLET OPEL ASTRA F GSi 2.0 150ch
» Nico5110 [Astra H GTC 1.9 CDTI 150ch Cosmo]
» Monster in my Pocket ou MIMP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BOMBARDA MAXIMA :: l'académie shafiq :: factions :: émeraude :: Chambres-