Partagez | 
 

 (amël) we're gonna stop them.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
PSEUDO : vieux frères/cass.
AVATAR : claire holt.
DC : deimos.
MESSAGES : 409
CREDITS : ©wildworld.
ARRIVÉ LE : 20/06/2015
ÂGE : vingt-quatre.
COTE COEUR : accrochée à ces émotions, ces souvenirs. l'espoir qui lui retourne les tripes. la mélancolie qui lui accable l'esprit.
SANG : mêlé.
CURSUS/ANNEE : quatrième année, cursus médicomagie (option psychiatrie).

MessageSujet: (amël) we're gonna stop them.   Sam 25 Juil - 15:40


some call love a curse, some call love a thief. it's my home and it's as much apart for this broken heart. but see broken bones always seem to mend. @angus&juliastone


La bibliothèque était le repère d'Amarillys depuis son entrée à l'université, quatre ans auparavant. S'entourer de livres, plus ou moins vieux, était pour elle un moyen de s’apaiser, s'évader dans ces connaissances, ces savoirs, qu'elle stockait, qu'elle entassait en elle, et qui étaient sûrement le seul soutien qui parvenait à la soulager en peu de cette tension quotidienne. Le stress, l'angoisse s’abattaient constamment sur elle et chaque jour qui passait semblait être une nouvelle épreuve à franchir, un nouvel obstacle à abattre. Elle n'était ni de nature compétitrice, ni de nature aventurière ; se retrouver dans cette jungle d'hypocrisie et de mensonges était bien trop dur pour ses frêles épaules. D'apparence fragile, désespéramment sensible, Amarillys aurait aimé se défaire de cette image de faiblesse, se forger une carapace plus solide, plus difficile à franchir, pour que plus rien ni personne ne puisse l'atteindre. Et elle pensait à Emrys principalement, qui était la source de tous ses doutes, de toutes ses craintes. Elle avait peur de son frère plus que de n'importe qui dans son monde ; et pourtant, tout le monde savait que la cadette des Dwight n'était pas réellement téméraire, un brin peureuse, elle avait toujours préféré faire profil bas plutôt que d'affirmer sa présence, son intelligence, d'user de sarcasmes et d'arrogance, qui étaient bien à l'opposé de ce qu'elle était. Emrys était l'incarnation de ses pires cauchemars, le frère détesté, le frère respecté pour toute l'horreur qu'il représentait. Il était l'origine de ses terreurs nocturnes, de ses insomnies à répétition tant l'inquiétude la gagnait petit à petit. Et elle le savait là, quelque part, jamais très loin. A l'épier, l'observer. Observer le moindre de ses faits et gestes afin de s'assurer qu'elle ne dérapait pas, qu'elle exécutait chacun de ses ordres. Qu'elle se tenait à carreaux. Qu'elle veillait à être cette jeune femme ; brillante sans être trop cultivée, intéressée sans être trop bavarde, hautaine sans être trop prétentieuse, rayonnante tout en gardant cette part de mystère, belle tout en restant inaccessible. Elle avait l'obligation d'atteindre cet idéal de perfection, d'être cette perfection. Et dans une rage aveugle, teintée par la pression de ces terribles menaces, Amarillys suivait ses mots, faisait tout ce qu'il disait, ce qu'il demandait. Elle était la marionnette, et il était le pantin qui lui faisait faire tout ce qu'il voulait. Et chaque jour, chaque nuit, ça la désolait.
Alors, elle se réfugiait bien souvent à la bibliothèque, pour s'échapper, s'envoler, s'éloigner de ce quotidien qui ne lui convenait plus, qui défiait ses nerfs et sa capacité d'adaptation limitée. Cette pièce silencieuse où il ne se rendait que très rarement, et puis de toute façon, les étagères étaient bien assez nombreuses pour passer des heures à faire une partie de cache-cache ; elle pourrait très bien l'éviter, si toutefois il pointait le bout de son nez. Absorbée par une nouvelle lecture, concernant une espèce de créature magique extrêmement rare dont Amarillys n'avait jamais entendu parlé, la blonde semblait coupée du monde, littéralement enfermée dans sa bulle de sérénité. Soudain, un livre tomba à peut-être un ou deux mètres d'elle, et elle sursauta. Redressant le regard, elle soupira de soulagement, et un léger rire gêné s'échappa de ses lèvres. Rire qui se stoppa assez rapidement. « Oh, salut Asaël. » Elle sourit légèrement, timidement. Asaël, elle ne savait pas réellement si elle le connaissait, si elle avait envie de le connaitre. Frère jumeau de Rachel, il avait été beaucoup atteint par la disparition de sa soeur. Amarillys le sentait, parce qu'Amarillys avait appris, avec le temps et beaucoup d'intelligence, à exploiter les informations que lui procuraient les attitudes, les mimiques, les habitudes. Avec de l'expérience et beaucoup d'observation, elle réussissait à décoder les gestes, les actions, les choix, les décisions. Elle avait cet esprit clair, raisonné, logique, qui la menait naturellement aux dénouements, même les plus incertains, les plus minimes. Et Asaël, elle comprenait sa souffrance, son chagrin. Elle lui demandait s'il avait des nouvelles de son ancienne amie, parfois. Pas trop souvent, pour ne pas éveiller en lui un sentiment de rage, de haine, envers elle. Pas trop souvent, parce qu'elle savait à quel point ça faisait mal, de perdre un proche. Fiancés. Elle avait entendu son frère évoquer cette possibilité, à peine deux semaines auparavant. Et ça l'avait glacer sur place. « Je... Eum, ça va ? » Elle aurait voulu lui dire qu'elle ne voulait pas se fiancer, que ce n'était sûrement qu'une rumeur, qu'elle n'accepterait certainement pas si la décision ne tenait qu'à elle. Mais elle n'avait pas le choix. "Salut Asaël", ça aurait très bien suffit.

_________________
I felt like I know him though and I know his heart and I know he wouldn't do anything to hurt me. But I didn't realize that feeling so confident and feeling so great about myself... and then it just be completely shattered by one thing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(amël) we're gonna stop them.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manif STOP THT. Samedi 04 décembre.
» Emission "Stop aux découverts"
» stop aux ongles qui cassent...
» autocollant "stop pub"
» me revoilà, cododo et tétées non stop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BOMBARDA MAXIMA :: l'académie shafiq :: premier étage :: bibliothèque-